Comment le texte Yoga Sutra nourrit-il ma pratique?

 

La maison est silencieuse, juste le petit claquement régulier du radiateur qui émet sa chaleur à chaque relance de la chaudière.

Après avoir fait entrer la chatte et avoir répondu à ses miaulements de reconnaissance par les caresses sur son poil si doux, gris et blanc sous la gorge, caresses qui pourraient ne pas en finir, le temps s’arrête. Assis devant le clavier de cet ordinateur portable qui met en marche son ventilateur, ce qui me surprend à chaque fois, les idées  me viennent en masse, alors que mes doigts restent figés sur leur lettre. J’imagine, entre des instants de réelle solitude,  comment communiquer à mon lecteur mes sentiments vis à vis d’un texte qui n’appartient pas à ma tradition.

Ecrire est si facile en pensée !

 

 

 

Ma pratique

Qu’est pour moi ma pratique ? Ma pratique est tout ce qui me renvoie à ce que je suis à un moment précis, dans un contexte particulier.

Sur le tapis, comment les Yoga Sûtra nourrissent-ils mes méditations ? 

 Dans ma fonction de formateur et d’enseignant de yoga, je rencontre des élèves  avec leurs demandes, leurs besoins et toutes sortes d’attentes.

Ici, comment les Yoga Sûtra me permettent-ils d’être plus juste pour évaluer et proposer ce qui est utile à une évolution personnelle ? Dans mon quotidien, comment les Yoga Sûtra me nourrissent-ils ?

Mais comment un texte peut-il nourrir et quoi ?

Si je réunissais de mes cahiers toutes les notes prises lors de cours, de stages, de lectures et de préparations, j’aurai, sans doute, de quoi écrire de très nombreuses pages, avec des applications et des exemples. Combien de sujets abordés ! Et que reste-t-il ?

 

Une odeur d’encre, une lumière tamisée, des sons de voix feutrées dans une ambiance tiède et moite m’invite à retrouver mon premier contact avec les Yoga Sûtra. Dans les rayons d’une librairie de province où j’aimais me rendre à mes temps libres, je trouvai, un jour, ce petit ouvrage, en format de poche. La couverture représentait un dessin stylisé de yogi assis et  coloré de teintes chaudes. En ouvrant les pages légèrement rugueuses, mes yeux parcoururent les lignes qui me transmettaient une impression à la fois agréable et attractive.

C’est au moment où je décidai de commencer ma formation de professeur de yoga, dix ans après, que je réalisai avoir tenu dans mes mains les Yoga Sûtra de Patanjali.

 

Je reconnais là comment le concept traduit par un mot sanskrit effectue sa magie. En écoutant un commentaire de la bouche d’un enseignant, se forme dans mon esprit une suite d’idées conçues avec des images, des sons et des ambiances. Le film de souvenirs entremêlés de projections vers l’avenir vient se dérouler dans le champ de la conscience de l’instant.

Le terme: "sûtra" agit comme un fil conducteur, celui d’une construction élaborée par un architecte. A la fois guide, plan, support de réflexion, ce n’est pas la lecture qui déclenche le phénomène, mais plus un terme, puis un autre chargé de son sens et de la signification qui se déroule alors.

 

L’étude des Yoga Sûtra commence donc. Peu à peu, en les côtoyant, ils s’agencent dans de multiples combinaisons parfois luxuriantes et d’autres fois stériles et énigmatiques.

Alors  ô-combien est  pertinent et délectable le commentaire accompagné d’exemples de vie donné par une personne éclairée. D’un blanc dans l’esprit bloqué sur un point de vue, cet éclairage nouveau laisse envisager de nouvelles manières d’appréhender la réalité et de créer la possibilité d’agir autrement.

Le texte fondateur du yoga est autant une pratique en lui-même, mais aussi un instrument de relation avec une tradition humaine qui tente de rendre plus clair ce qui a été amassé dans nos mémoires et commencer à envisager le lendemain d’une autre façon.

 

                                                                                                                                 à suivre...

Jean-Yves DEFFOBIS

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0